Les chaussons et les sandales du messager d’Allah

2170

Les chaussons (khuff) (1) et les sandales (na°l) (2) du messager d’Allah

 

Abdullah ibn Bourayda rapporte de son père que le Négus (3) offrit au prophète – prière et salut d’Allah sur lui – des chaussons totalement noirs et qu’il les porta, puis qu’il fit ses ablutions et passa ses mains mouillées par-dessus.

Al Moughîra ibn Chou°ba – qu’Allah l’agrée – rapporte que Dihya (4) – qu’Allah l’agrée – offrit une paire de chaussons au prophète – prière et salut d’Allah sur lui – et qu’il les porta.

Qatada a demandé à Anas ibn Mâlik – qu’Allah l’agrée : « Comment étaient les sandales du messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui ? »
Il répondit : « Elles étaient séparées en deux par une lanière. »
(5)

Ibn °Abbâs – qu’Allah les agrée – rapporte : « Les sandales du messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – étaient divisées en deux parties séparées par une lanière. »

°Issâ ibn Tahmân rapporte : « Anas ibn Mâlik nous a sorti une paire de sandales en cuir lisse (6) qui étaient séparées en deux par une lanière. »
Il ajouta : « Thâbit m’a informé plus tard, d’après Anas, qu’il s’agissait des sandales du prophète – prière et salut d’Allah sur lui. » (7)

°Oubayd ibn Jourayh rapporte qu’il a interpellé Ibn Omar – qu’Allah l’agrée – ainsi : « Je t’ai vu porté des sandales en cuir tanné ?! »
Il lui répondit : « J’ai vu le messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – porter des sandales sans poil et faire ses ablutions en les portant, voilà pourquoi j’aime les porter. »

Abou Horayra – qu’Allah l’agrée – rapporte : « Les sandales du messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – étaient divisées en deux parties séparées par une lanière. »

 
sandale
Modèle de sandales comme celles
que portait le Prophète
(Musée Topkapi, Istanbul)

 

°Amr ibn Harith – qu’Allah l’agrée – rapporte : « J’ai vu le messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – prier avec des sandales raccommodées. » (8)

Abou Horayra – qu’Allah l’agrée – rapporte que le messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – a dit : « Que nul d’entre vous ne marche avec une seule sandale. Qu’il les porte toutes les deux ou qu’il se déchausse complètement. » (9)

Jâbir – qu’Allah l’agrée – rapporte que le prophète – prière et salut d’Allah sur lui – a interdit de manger de la main gauche et de marcher avec une seule sandale.

Abou Horayra – qu’Allah l’agrée – rapporte que le prophète – prière et salut d’Allah sur lui – a dit : « Lorsque l’un d’entre vous se chausse, qu’il commence par la droite et quand il se déchausse, qu’il commence par la gauche. Que la droite soit donc la première qu’il chausse et la dernière qu’il déchausse. »

Aïcha – qu’Allah l’agrée – rapporte : « Le messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – aimait commencer par la droite autant que possible, quand il se peignait, quand il se chaussait et dans ses ablutions. »

 

Chapitre suivant : la chevalière du messager d’Allah.

———————————————————————————————————————————–

Notes et commentaires :


(1) Le terme « khuff » désigne une sorte de chausson en cuir qui couvre tout le pied jusqu’aux chevilles. Retour au texte


(2) Titre honorifique donné aux souverains d’Abyssinie. Celui dont il est question ici s’appelait Ashama et faisait partie des souverains auxquels le prophète – prière et salut d’Allah sur lui – prêcha l’islam. Il lui envoya une lettre portée par °Amr ibn Oumayya Al Damri et il se convertit en l’an 6 de l’hégire, d’après l’avis de la majorité des savants. Il décéda en l’an 9 et le prophète – prière et salut d’Allah sur lui – en informa ses compagnons et pria sur lui la prière funéraire sans que son corps ne soit présent. Au début de l’islam, un groupe de musulmans avaient émigré vers l’Abyssinie. Il les accueillit noblement et congédia la délégation des Quraychites composée de °Amr ibn al °Âs et deux de ses compagnons, sans faire aucun mal aux musulmans. Retour au texte


(3) Il s’agit du noble compagnon Dihya ibn Khalîfa Al Kalbi. L’ange Djibril prenait quelques fois son apparence lorsqu’il descendait sur terre. Retour au texte


(4) Le terme « na°l » désigne tout ce qui se porte aux pieds, qu’il s’agisse de sandales ou autres. D’ailleurs, c’est le même mot utilisé en arabe pour désigner un fer à cheval. Retour au texte


(5) C’est-à-dire une lanière en cuir qui sépare le gros orteil des autres. Retour au texte


(6) Tanné et sans poil, ni fourrure. Retour au texte


(7) Ceci montre que Anas veillait scrupuleusement à conserver tout ce qui avait été en contact direct avec le prophète, afin d’en rechercher la bénédiction. Retour au texte


(8) On peut déduire de ce hadith qu’il est permis de prier avec ses chaussures, à condition qu’elles ne soient pas souillées par une impureté.


(9) La raison de cette interdiction est que cet acte est une imitation du diable. En effet, il est rapporté dans des versions authentiques de ce même hadith : « Le diable marche avec une seule sandale. »
 
Haut