Les vêtements du Messager d’Allah

1266
prophete
prophete

Les vêtements du messager d’Allah

Oumm Salama – qu’Allah l’agrée – rapporte : « Le vêtement qu’aimait le plus porter le messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – était la tunique (qamîs). »

Qourra Al Muzani – qu’Allah l’agrée – rapporte : « Je suis venu auprès du messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – avec un groupe de gens de la tribu de Mazina, afin de lui prêter serment d’allégeance. Sa tunique était ouverte sans bouton. J’ai entré ma main dans l’ouverture de sa tunique et j’ai touché le seau de la prophétie. »

Anas ibn Mâlik – qu’Allah l’agrée a rapporte que le prophète – prière et salut d’Allah sur lui – se plaignit de douleur et qu’il sortit de chez lui en s’appuyant sur Oussama ibn Zayd. Il portait un vêtement « qitri » (1) qu’il avait posé sur ses épaules. Puis, il guida les gens dans leur prière.

Abou Saïd Al Khoudri – qu’Allah l’agrée – rapporte : Quand le messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – mettait un nouveau vêtement, il le citait nommément (2) qu’il s’agisse d’un turban, d’une tunique (qamîs) ou d’un pagne (izâr), puis il disait :

« Ô Allah ! À toi la louange pour m’en avoir vêtu ! Je te demande son bien et le bien pour lequel il a été fabriqué et je cherche protection auprès de toi contre son mal et le mal pour lequel il a été fabriqué. »(3)

Anas ibn Mâlik – qu’Allah l’agrée – rapporte : « Le vêtement qu’aimait le plus porté le messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – était la (hibara)(4) . »(5)

Abou Jouhayfa – qu’Allah l’agrée – rapporte : « J’ai vu le prophète – prière et salut d’Allah sur lui – alors qu’il portait un ensemble (houlla) rouge. C’est comme-ci je revois encore les reflets de ses jambes. »(6)
Soufiane a commenté ce hadith ainsi :  « Je pense qu’il s’agissait d’une (hibara). »(7)

Ibn Abbâs – qu’Allah les agrée lui et son père – rapporte que le messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – a dit : « Portez des vêtements blancs. Que vos vivants les portent et faîtes-en des linceuls pour vos morts, car ce sont vos meilleurs vêtements. »

Samoura ibn Joundoub – qu’Allah l’agrée – rapporte que le messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – a dit : « Habillez-vous de blanc, car c’est plus propre et meilleur, et faîtes-en des linceuls pour vos morts »

°Âïcha – qu’Allah l’agrée – rapporte : « Un jour, le messager d’Allah est sorti de bon matin et il portait un vêtement (mirt) (8) en poils noirs. »

Al Moughîra ibn Chou ba – qu’Allah l’agrée – rapporte que le prophète – prière et salut d’Allah sur lui – a porté un manteau byzantin aux manches étroites.(9)
 
Chapitre suivant : les chaussons et les sandales du messager d’Allah.

———————————————————————————————————————

Notes et commentaires :


(1) Il y a deux avis sur l’étymologie de ce mot. Soit il s’agit d’une sorte de manteau yéménite fabriqué à base de coton, comportant du rouge et des motifs à rayures. Soit c’est un vêtement de grande qualité importé de la ville de Qatar dans la région autrefois appelée Bahreïn (la côte Est de la Péninsule Arabique). Retour au texte


(2) C’est-à-dire qu’il disait explicitement : « Allah m’a octroyé ce turban, ou cette tunique … ». Retour au texte


(3) Le bien de ce vêtement est qu’il puisse le porter longtemps, qu’il reste propre, soit porté pour les besoins naturels tels que se protéger du froid ou de la chaleur, couvrir ses parties intimes, et surtout qu’il soit utilisé dans l’agrément d’Allah et pour l’aider à accomplir ses adorations. Quant au mal de ce vêtement, c’est qu’il ne le porte pas longtemps, qu’il se souille, qu’il soit utilisé pour faire des choses illicites ou qu’il soit porté avec orgueil et arrogance. Retour au texte


(4) Ensemble d’origine yéménite composé d’un haut (ridâ’) et d’un bas (izâr), fabriqué en tissu ou en coton et finement décoré de rayures rouges. Retour au texte


(5) Cette parole de Anas ne contredit en rien celle de Oumm Salama, puisqu’il s’agit là d’une sorte de manteau qui se porte par-dessus les autres vêtements. Retour au texte


(6) En arabe « sâq » c’est-à-dire la partie qui s’étend du genou à la cheville. Il veut dire par-là que ses jambes étaient très blanches. Retour au texte


(7) Il s’agit de Soufiane Al Thawri et selon lui, cet ensemble était à rayures rouges et non pas entièrement rouge. Retour au texte


(8) Vêtement long et ample fabriqué en soie, en coton, en poils ou en lin et qui s’enroule autour de la taille. Retour au texte


(9) C’était lors de la bataille de Tabouk. Retour au texte