La chevalière du messager d’Allah

2801
le messager d'Allah

La chevalière (1) du messager d’Allah

Anas ibn Mâlik – qu’Allah l’agrée – rapporte : « La chevalière du prophète – prière et salut d’Allah sur lui – était en argent et son chaton (2) était abyssinien .(3) »

Ibn Omar – qu’Allah les agrée, lui et son père – rapporte que le prophète – prière et salut d’Allah sur lui – a pris une chevalière en argent et qu’il l’utilisait pour apposer son sceau.(4)

Anas ibn Mâlik – qu’Allah l’agrée – rapporte : « La chevalière du prophète – prière et salut d’Allah sur lui – était en argent et le chaton en faisait partie.(5) »

Anas ibn Mâlik – qu’Allah l’agrée – rapporte : « Les gravures sur la chevalière du messager d’Allah était ainsi : (Mohammed) sur une ligne, (Messager) sur une ligne, (Allah) sur une ligne. »

Dans une autre version du hadith :
« Le prophète – prière et salut d’Allah sur lui – voulut écrire à Chosroês (6), à César (7) et au Négus. On lui dit qu’ils n’acceptaient pas de lettre sans qu’elle ne comporte un sceau. Il se fit alors forger une chevalière dont l’anneau était en argent et il fit graver dessus (Mohammed Messager d’Allah). C’est comme-ci je revoyais encore la blancheur de sa bague dans sa main. »

Divergence sur la question :

Le prophète retirait-t-il sa chevalière avant de faire ses besoins ?

Il est rapporté dans un hadith, d’après Anas ibn Mâlik – qu’Allah l’agrée – que le prophète – prière et salut d’Allah sur lui – retirait sa chevalière avant d’entrer au lieu d’aisance.(8) De nombreux savants se sont appuyés sur ce hadith pour recommander de ne pas entrer aux toilettes avec un objet contenant le nom d’Allah.

Commentaires de Cheikh al Albani :
« Aboû Daoud affirme que ce hadith est « mounkar » (9) et il a dit vrai, bien que l’auteur et d’autres l’aient jugé authentique (…) Ibn Sa°d rapporte avec une chaîne de transmission authentique que al Hassan Al Basri a été questionné au sujet d’un homme qui porte une chevalière avec un des noms d’Allah et qui entre avec au lieu d’aisance. Il répondit : « N’y avait-il pas sur la chevalière du messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – un verset du livre d’Allah ? » c.-à-d. {Mohammed est le Messager d’Allah}. »(10)

Ibn Omar – qu’Allah les agrée, lui et son père – rapporte : « Le messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – a pris une chevalière en argent et il l’a portait, puis elle se retrouva à la main d’Abou Bakr, puis celle de Omar, puis celle de Othmâne, puis elle tomba dans le puit de Arîs .(11) Et il était gravé dessus : (Mohammed le Messager d’Allah). »

 

Chapitre suivant : le prophète portait sa chevalière à la main droite.

————————————————————————————————————————————

Notes et commentaires :


(1) Bague présentant un motif gravé ou des initiales sur le chaton et destinée à servir de sceau à cacheter. Le terme en arabe est « khâtam » et peut désigner également un sceau ou un tampon. Retour au texte

(2) Partie haute de la chevalière sur laquelle on grave les initiales. Retour au texte

(3) D’un métal originaire d’Abyssinie, ancien nom de l’Ethiopie. Retour au texte

(4) C’est-à-dire pour signer des lettres. Dans une version du hadith, il est ajouté « mais il ne la portait pas. » Cet ajout est en contradiction avec d’autres versions beaucoup plus fiables rapportées par Boukhari et Mouslim, dans lesquelles Ibn Omar dit : « Il a pris une chevalière en argent qu’il portait à la main, puis Abou bakr l’a porta à sa main, … » (cf. un peu plus loin dans ce même chapitre). Retour au texte

(5) Cela semble contredire le hadith précédent où Anas affirme que le chaton était en métal abyssinien. Al Hâfidh ibn Hajr y a répondu en émettant l’hypothèse qu’il avait plusieurs chevalières ou qu’en fait, le chaton était bien en argent mais de la couleur du métal d’Abyssinie. Et Allah est le plus savant. Retour au texte

(6) En grec « Chosroês » et en arabe « Kisrâ », titre honorifique donné aux souverains de Perse. Retour au texte

(7) Titre honorifique donné aux empereurs romains. Retour au texte

(8) En arabe « al khalâ » qui signifie un endroit vide et à l’abri des regards, tel qu’un terrain vague. Retour au texte

(9) C’est-à-dire que non seulement il est faible, mais de surcroît, il contredit un hadith authentique. Retour au texte

(10) En conclusion: il n’y a pas de hadith authentique sur la question, mais il est néanmoins recommandé – autant que possible – de ne pas entrer aux toilettes ou faire ses besoins avec un objet comportant le nom d’Allah ou des versets coraniques. Par contre, s’il est impossible de déposer l’objet à l’extérieur ou de le confier à quelqu’un, il n’y a pas de mal à entrer avec, en prenant soin toutefois de le protéger. Et Allah est plus savant. Retour au texte

(11) Nom d’un puit qui se trouvait dans un jardin proche de la mosquée de Qubâ. Ce puit fut nommé en référence à un homme surnommé « Arîs », ce qui signifie « paysan » en langue syrienne. Retour au texte

Haut