Le sceau de la prophétie

3206
prophète
prophète

Le Sceau de la prophétie

As-Sâïb ibn Yazid – qu’Allah l’agrée – rapporte : ma tante maternelle m’emmena chez le prophète – prière et salut d’Allah sur lui – et elle lui dit : « Ô messager d’Allah ! Mon neveu est malade ! » Il passa alors sa main sur ma tête et invoqua pour moi la bénédiction ; il fit ses ablutions et je bus de l’eau de ses ablutions.(1) Puis, je me suis levé derrière son dos et je vis le sceau de la prophétie entre ses omoplates: il était tel un œuf de perdrix. »

Jâbir ibn Samoura – qu’Allah l’agrée – rapporte : « J’ai vu le sceau de la prophétie entre les omoplates du messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – c’était un morceau de chair rose(2) tel un œuf de pigeon. »(3)

Roumaytha – qu’Allah l’agrée – rapporte : j’ai entendu le messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – dire de Sa°d ibn Mu°âdh le jour de sa mort – et j’étais tellement proche de lui que j’aurais pu, si je le voulais, embrasser le sceau de la prophétie qui se trouvait entre ses omoplates :
« Le trône du Tout Miséricordieux a tremblé pour lui. »(4)

Abou Zayd °Amr ibn Akhtab al Ansâri – qu’Allah l’agrée – rapporte : le messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – m’a dit : « Abou Zayd ! Approche-toi et essuie-moi le dos. » Je lui ai donc essuyé le dos et mes doigts sont tombés sur le sceau de la prophétie.
Un des transmetteurs du hadith demanda à Abou Zayd : « Qu’est-ce que le sceau de la prophétie ? »
Il répondit : « Une touffe de poils. »

D’après Bourayda, Salmane al Fârissi (5) s’est présenté devant le messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – avec une nappe couverte de dattes fraîches, lorsque celui-ci arriva à Médine. Il l’a posa devant le messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – qui lui demanda : « Salmane ! Qu’est-ce que c’est ? » « – Une aumône pour toi et tes compagnons. » « Reprends-la, car nous ne mangeons pas de l’aumône. »(6) Salmane la reprit et revint le lendemain avec la même chose. Il la posa devant le messager d’Allah qui lui demanda « Salmane ! Qu’est-ce que c’est ? » « – Un cadeau pour toi et tes compagnons. » Le prophète s’adressa alors à ses compagnons : « Tendez vos mains [pour manger]. » Puis, Salmane vit le sceau de la prophétie sur le dos du messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – et eut foi en lui. Il était esclave d’un juif et le messager d’Allah le racheta donc contre une certaine quantité d’or et à condition de lui planter plusieurs dattiers et que Salmane s’en occupe jusqu’à ce qu’ils donnent des fruits. Le messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – planta lui-même les dattiers sauf un qui fut planté par Omar. L’année suivante, tous les dattiers donnèrent des fruits sauf celui d’Omar. Le messager d’Allah demanda : « Qu’a donc ce palmier ? » Omar répondit : « Ô Messager d’Allah ! C’est moi qui l’ai planté ! » Le messager d’Allah le déracina, puis le replanta et il donna des fruits l’année suivante.(7)

Abou Saïd al Khoudri – qu’Allah l’agrée – a été questionné au sujet du sceau de la prophétie et il répondit : « Il était dans son dos comme un morceau de chair proéminent. »

Abdullah ibn Sarjis – qu’Allah l’agrée – rapporte : je suis venu voir le messager d’Allah – prière et salut d’Allah sur lui – alors qu’il était au milieu de quelques-uns de ses compagnons et je me mis à tourner autour de lui dans son dos. Il compris alors ce que je cherchais et ôta son haut (ridâ) de son dos et je vis l’emplacement du sceau entre ses omoplates comme un poing fermé (8) entouré de grains de beauté ressemblant à des petites verrues. Puis, je suis revenu et me suis mis face à lui.
« – Qu’Allah te pardonne tes péchés, Ô messager d’Allah ! » « – A toi aussi ! »
Les gens dirent : « Le messager d’Allah a demandé pardon pour toi !! »
« – Oui, et pour vous aussi ! » Il récita alors le verset : {Et demande pardon pour tes péchés, ainsi que pour ceux des croyants et des croyantes.} (Sourate Mohammed, verset 19)

 
Chapitre suivant: les cheveux du Prophète

——————————————————————————————————————-

Notes et commentaires:


(1) Tout ce qui se détache du corps du prophète – prière et salut d’Allah sur lui – de son vivant est béni : ses cheveux, sa salive, sa sueur… Comme le rapporte Al Boukhari, lorsque le prophète – prière et salut d’Allah sur lui – faisait ses ablutions, les compagnons se battaient presque pour récolter le reste de son eau. De même, lorsqu’il crachait, son crachat n’avait même pas le temps de toucher le sol que l’un d’entre eux l’avait déjà attrapé de sa main pour s’en essuyer le visage. Quant à la mère de Anas ibn Malik, elle récoltait la sueur du prophète durant son sommeil dans une fiole, puis le mélangeait à du parfum. Retour au texte


(2) Le terme exact en arabe est « rouge ». Mais il faut comprendre ici « rose clair », car les Arabes caractérisaient les peaux très claires – comme celles des Européens – de rouges. (cf. note 5 chapitre précédent) Retour au texte


(3) Ceci ne contredit en rien la version rapportée par l’imam Mouslim qui précise qu’il était de la couleur de son corps. Quant à la ressemblance avec l’œuf de pigeon, il s’agit de la taille et non de la couleur. Retour au texte


(4) Dans ce hadith, le prophète – prière et salut d’Allah sur lui – nous vante les grands mérites du compagnon Sa°d pour qui le trône d’Allah a tremblé le jour de sa mort. L’auteur l’a cité ici car la femme qui le rapporte a attesté avoir vu de très près le sceau de la prophétie à tel point qu’elle aurait pu l’embrasser. Retour au texte


(5) Noble compagnon originaire de Perse. Des moines l’avaient informé de la venue imminente d’un prophète dans la région du Hedjaz. Ils lui avaient décrit les signes de sa prophétie : il accepte les dons mais pas les aumônes, ainsi que la présence du sceau de la prophétie entre ses omoplates. Il souhaitait donc vérifier la présence de ce sceau, ce qu’il fit, puis il se convertit à l’islam. Retour au texte


(6) Le prophète – prière et salut d’Allah sur lui – avait pour interdiction de toucher à la zakat et aux aumônes, même s’il était dans le besoin. Par contre, il pouvait accepter les cadeaux personnels. Cette interdiction s’applique également aux membres de sa famille (Beni Hachim et leurs cousins) et à leurs descendants jusqu’à nos jours. Retour au texte


(7) Pour lire le détail de l’histoire de Salmane : cliquez ici. Retour au texte


(8) C’est-à-dire dans la forme et l’aspect et non pas la taille. Retour au texte
 
Haut