Confirmation du début du mois par vision du croissant

34

Confirmation du début du mois par vision du croissant ou en complétant le 30e jour

À l’unanimité des savants, le jeûne du mois de ramadan devient obligatoire à la vision du croissant du début du mois, après le coucher du soleil du 29 de cha°bāne.

  • Abou Hourayra (qu’Allah l’agrée) rapporte que le prophète (paix et salut sur lui) a dit : « Jeûnez lorsque vous le voyez et rompez le jeûne lorsque vous le voyez. »

C’est-à-dire : lorsque vous voyez le croissant du début du mois. Rapporté par al-Boukhari et Mouslim.

Si le croissant n’a pas été vu cette nuit là, le lendemain sera le 30e jour de cha°bāne.

Si le temps est couvert, il subsiste un doute, c’est pourquoi on l’appelle le jour du doute « yawm ach-chakk ».

Il est illicite de jeûner ce jour-là, bien que certains pourraient être tentés de jeûner par précaution, ce qui est interdit.

Par contre, si le ciel était dégagé et que l’on n’a pas vu le croissant, il n’y a plus de doute que le lendemain sera le 30 de cha°bāne, comme nous l’ordonne le hadith.

 

  • Ibn Omar (qu’Allah les agrée) rapporte que le prophète (paix et salut sur lui) a dit : « Le mois comporte vingt-neuf jours. Donc, ne jeûnez pas tant que vous n’avez pas vu le croissant et ne rompez pas le jeûne tant que vous ne le voyez pas. S’il vous est caché par les nuages, complétez les 30 jours de cha°bāne. » Rapporté par al-Boukhari et Mouslim.
  • Aïcha (qu’Allah l’agrée) rapporte que le prophète (paix et salut sur lui) était très attentif au mois de chaabāne, plus que tout autre mois. Puis, il jeûnait à la vision du croissant du ramadan. Lorsque sa vision lui était cachée, il comptait 30 jours, puis il jeûnait. Rapporté par Abou Daoud et Ahmed, sahih.
  • Ammār ibn Yāssir (qu’Allah les agrée) a dit : « Celui qui jeûne le jour du doute a désobéit à Abou-l-Qācim (paix et salut sur lui). »Rapporté par al-Boukhari.

Selon l’immense majorité des savants, il n’est pas permis d’utiliser les calculs astronomiques en lieu et place de la vision du croissant. En effet, cet avis a été émis la première fois au 4e siècle de l’hégire et a donc été précédé par un consensus, comme l’ont rapporté les imams Ibn Rouchd [Averroès], Al-Qourtoubi et Ibn Taymiyya.

L’imam Ibn al-Arabi [malékite] a dit : « Le statut a été lié à l’observation oculaire qui est accessible à tous. C’est ainsi qu’Allah le Très-Haut instaure pour tous, comme cause d’obligation des adorations, une preuve manifeste que tout le monde peut voir, car parmi eux, il y a le savant et l’ignorant, l’éveillé et l’insouciant, mais tous sont associés dans l’observation du croissant. »

Al-Māziri [malékite] a dit : « Si l’obligation de jeûner avait été liée au calcul, cela serait contraignant pour les gens, puisque seul un petit nombre connait cette science. Or, la législation musulmane est bâtie sur ce qui est connu de l’immense majorité. »