Les rapports intimes

133
  • Les rapports intimes: (الجِماعُ)

Celui qui a volontairement eu des rapports sexuels, c’est-à-dire ni par oubli, ni sous la contrainte, son jeune est annulé.

Il a 2 conséquences :

  • Le péché pour avoir profaner le ramadan et l’obligation de se repentir.
  • L’obligation d’une expiation (kaffāra) pour réparer sa faute. Il y a consensus à ce sujet.
  • 2 « La Vache », v.187 : {Il vous est permis, la nuit du jeûne, d’avoir des rapports avec vos épouses. Elles sont un vêtement pour vous et vous un vêtement pour elles. Allah sait que vous aviez clandestinement des rapports avec vos femmes. Il vous a accordé Sa grâce [en vous permettant de vous repentir] et vous a pardonné. À présent, cohabitez donc avec elles et cherchez ce qu’Allah a prescrit en votre faveur. Mangez et buvez jusqu’à ce que vous distinguiez le fil blanc de l’aube du fil noir [de la nuit]. Puis, accomplissez le jeûne jusqu’à la nuit. Mais ne cohabitez pas avec elles pendant que vous êtes en retraite rituelle dans les mosquées. Voilà les lois d’Allah : ne vous en approchez donc pas [pour les transgresser]. C’est ainsi qu’Allah expose aux hommes Ses enseignements, afin qu’ils soient pieux.}

Ce verset fait référence à la restriction initiale de ne manger, boire ou avoir des rapports avec sa femme que durant la période s’étalant du coucher du soleil jusqu’au moment de s’endormir. Ce qui était très contraignant, au point que certains compagnons n’ont pas respecté cet interdit. Puis, par miséricorde, Allah le Très Haut a abrogé cette règle et a accordé toute la nuit jusqu’à l’aube.

  • Abou Hourayra (qu’Allah l’agrée) rapporte : Nous étions assis un jour autour du prophète (paix et salut sur lui), quand un homme se présenta à lui et lui dit : « – Messager d’Allah ! Je suis perdu ! »

« – Qu’est-ce qui t’est arrivé ? », lui demanda le prophète (paix et salut sur lui).

« – J’ai couché avec ma femme alors que je jeûnais. »

« – Trouves-tu de quoi affranchir un esclave ? »

« – Non. »

« – Peux-tu donc jeûner deux mois consécutifs ? »

« – Non. »

« – Peux-tu alors nourrir soixante pauvres ? »

« – Non. »

Le prophète (paix et salut sur lui) marqua alors une pause. À cet instant, on lui apporta un grand sac de dattes et il demanda : « – Où est l’auteur de la question ? »

« – Me voici ! »

« – Prends ceci et fais-en l’aumône. »

« – Au profit de quelqu’un de plus pauvre que moi, Messager d’Allah ? Par Allah ! Il ne vit pas entre ces deux montagnes (de Médine) une famille plus pauvre que la mienne ! »

Le prophète (paix et salut sur lui) se mit alors à rire au point de laisser apparaître ses molaires. Puis, il dit : « Nourris-en ta famille » Rapporté par al-Boukahri et Mouslim.

 

L’ordre doit obligatoirement être respecté. De telle sorte que c’est uniquement si l’on ne trouve pas d’esclave à libérer qu’il est permis de jeûner 2 mois consécutifs. De même, c’est uniquement si l’on est dans l’incapacité physique de jeûner que l’on doit nourrir 60 pauvres.

Il faut en plus rattraper ce jour de jeûne qui a été profané. Ce qui fera 2 mois et 1 jour de jeûne, pour celui qui effectue l’expiation par le jeûne.