Les cœurs à gagner

125

Les cœurs à gagner (الـمُؤَّلَفَةُ قُلُوبُهُمْ)

Littéralement, ce sont « ceux dont on veut raffermir les cœurs ».

Il s’agit ici de la seule catégorie où celui qui reçoit la zakat n’est pas nécessairement musulman. Il peut donc s’agir d’un non-musulman dont on espère la conversion par ce biais, ou dont on veut se préserver de ces mauvais agissements, ou encore un musulman récemment converti dont on veut raffermir la foi.

Selon les savants Hanafites et Malékites, cette catégorie n’existe plus et n’est plus applicable. Cela s’appliquait uniquement dans les débuts de l’Islam.

Mais selon les savants Hanbalites et Chaféites, cette catégorie existe toujours et n’a pas été abrogée.

Le Conseil de Jurisprudence Islamique a débattu de cette question, lors de sa 18e session du 24 au 29 joumâda II 1428 h. / soit du 9 au 13 juillet 2007, et voici ses conclusions :

« La part de zakat attribuée à « ceux dont les cœurs sont à gagner » existe toujours et continuera d’exister jusqu’à la fin des temps. Elle n’est pas caduque et n’a pas été abrogée. Elle dépend des besoins et de l’intérêt général. De telle sorte que, s’il y a un intérêt ou que le besoin s’en fait ressentir, on appliquera la distribution de cette part. Il est licite de donner de la zakat pour raffermir le cœur d’un nouveau converti, afin de renforcer sa foi et en contrepartie de ce qu’il a perdu. De même, on peut la donner à un non-musulman dont on espère la conversion ou pour se prémunir du mal qu’il diffuse contre les musulmans.