L’aumône (zakât)

869
aumone
aumone

L’aumône (zakât)

Cette aumône a pour but de purifier les biens et de venir en aide aux plus démunis. Elle renforce le lien social entre les membres de la communauté et constitue un devoir pour tout musulman qui en a les moyens.

 « Et de leurs biens, il y a un droit pour les mendiants et les déshérités. »

(Coran, sourate « Celles qui éparpillent » (51) – verset 19)

En s’acquittant de cette prescription divine, le musulman obtient la bénédiction et le pardon de ses péchés.

« Prélève de leurs biens une aumône par laquelle tu les purifies et tu les bénis ;

et prie pour eux. Ta prière est une quiétude pour eux. »

(Coran, sourate « Le Repentir » (9) – verset 103)

 « Tout ce que vous prêtez à usure pour augmenter vos biens aux dépens des biens d’autrui ne les accroît pas auprès d’Allah. Mais ceux parmi vous qui donnent leurs biens en aumône, ne cherchant qu’à satisfaire Allah, ceux-là verront leurs récompenses et leurs biens multipliés. »

(Coran, sourate « Les Byzantins » (30) – verset 39)

Quels biens sont concernés ?

La zakât concerne quatre catégories de biens :

1) Le bétail qui paît librement pendant la majeure partie de l’année sans être directement nourri.

2) Les produits de la terre (fruits, légumes, etc.)

3) L’or, l’argent et tout ce qui fait office de monnaie.

4) Les biens destinés à la vente (marchandises).

 

Pour qui est-elle obligatoire ?

Tout musulman possédant durant une année hégirienne une richesse ayant atteint la valeur minimale nécessaire (nisâb) doit s’acquitter de la zakat.

Pour la monnaie fiduciaire (pièces et billets) ou la monnaie scripturale (compte en banque), cette valeur minimale est d’environ 85 grammes d’or ou son équivalent en monnaie (3 220 € pour l’année 1437 de l’hégire).

 

Quand doit-on la payer ?

Le musulman doit s’acquitter de la zakât après qu’une année hégirienne s’est écoulée, mais il n’y a pas de date précise pour la payer. Certains choisissent la fin du mois de ramadan, car c’est une date facile à retenir. Il est de tradition au Maghreb de la payer le jour de Achoura (10e du mois de mouharram). Le plus important est qu’il s’agisse d’une date du calendrier hégirien (lunaire) et non du calendrier grégorien (solaire).

 

Combien doit-on payer ?

Le musulman s’acquitte de la zakât sur les biens en sa possession depuis une année, tant que la somme totale reste au-dessus du seuil minimal (nissâb). Un taux de 2,5% est appliqué pour l’or, l’argent, la monnaie et tous les biens marchands.

À qui la donner ?

Ceux qui ont droit à la zakât sont au nombre de huit catégories, cités dans le verset suivant :

« Les aumônes ne sont destinées que pour les pauvres, les nécessiteux, ceux qui sont chargés de la collecter, ceux dont les cœurs sont à gagner, pour l’affranchissement des jougs, ceux qui sont endettés, dans le sentier d’Allah, et pour le voyageur dans le besoin. C’est un décret d’Allah ! Et Allah est omniscient et sage. »

(Coran, sourate « Le Repentir » (9) – verset 60.)

Notons qu’il n’est pas permis de donner la zakât à une personne dont on a la charge, c’est-à-dire les ascendants directs (parents, grands-parents) et les descendants directs (enfants, petits-enfants). En effet, les aider financièrement lorsqu’ils sont dans le besoin est déjà une obligation, à laquelle la zakât ne peut se substituer.