« L’Aid tous ensemble »

64

 

La religion, Hocine, 24 ans, avoue volontiers ne s’y intéresser que « de loin ». C’est pourtant tout sourire que cet étudiant en école de commerce a pris, dimanche, le chemin de Gennevilliers où le parc des Sévines accueillait la première édition de « l’Aïd Tous Ensemble », une fête que les organisateurs voulaient la plus œcuménique possible.

« Une chose est sûre, ce n’est pas par conviction religieuse que je suis venu ici, pose d’emblée Hocin, chemise blanche impeccable et jean slim ajusté. Ce qui m’a vraiment motivé pour être honnête, c’est que j’étais sûr d’y croiser des potes… »

« Profiter d’une fête religieuse pour que les communautés se rencontrent »Catholique non pratiquante, Camille, elle aussi, confesse volontiers être davantage venue les animations plutôt que pour faire progresser le dialogue interreligions. « Moi ce sont plus ces énormes structures gonflables qui m’intéressent, glisse cette mère de famille. Je me suis dit que c’était l’endroit idéal pour que mes enfants se défoulent. Ceci dit, je trouve ça très bien de profiter d’une fête religieuse pour que les communautés se rencontrent… »

« C’est tout l’esprit de cette manifestation qu’on a voulu ouvrir aux croyants de toutes confessions comme aux non-croyants, se réjouit de son côté Abdelbaki Attaf, administrateur de l’association Cultures et Lumières à l’origine de l’événement. Avec cette fête, on oublie un peu l’aspect cultuel pour se concentrer sur le culturel. Elle s’inscrit dans le travail mené depuis plusieurs années avec la synagogue et la paroisse. »

Une démarche qu’applaudit Hamza, 42 ans : « Au-delà des questions de religions, c’est un beau moment de partage, observe cet enfant du quartier des Grésillons converti à l’islam depuis plus de 20 ans. C’est surtout le genre de rassemblement qui permet de tordre le cou à pas mal d’idées reçues… »

leparisien.fr