La mosquée fin prête pour le ramadan

342

Les ultimes coups de pinceau sont donnés cette semaine au sein de l’édifice religieux de Gennevilliers pour une ouverture prévue « avant vendredi ».

Après plus de deux ans et demi de travaux, les fidèles peuvent enfin profiter de la mosquée de la rue Paul-Vaillant-Couturier. Elle a ouvert mercredi dernier et subit en ce moment les derniers fignolages. La moquette de la salle de prière des femmes vient tout juste d’être posée, le plâtre des colonnes doit encore être nettoyé, les protections en plastique retirées. Mohammed Ben Ali, président de l’association cultuelle et culturelle Ennour, l’assure : la mosquée sera prête « avant vendredi », pour le ramadan.

« Même la partie cultuelle sera ouverte à tous ! »

« C’est très bien, on n’imaginait pas il y a quelques années pouvoir terminer la mosquée comme ça, reconnaît-il. On pensait la faire vraiment très simplement, sans décorations ni mosaïque parce qu’on n’avait pas le budget. » Mais grâce aux dons de la communauté musulmane, les fidèles ont pu se faire plaisir. La mosaïque qui habille le mihrab (lieu d’où l’imam dirige la prière) et le minbar (lieu d’où l’imam fait le prêche du vendredi) vient tout droit d’une entreprise de Fès. Le plâtre d’une entreprise de Marrakech.

Ces petits plaisirs ont notamment été possibles grâce au ramadan de l’an dernier, lors duquel la mosquée avait pu ouvrir exceptionnellement. « Ce mois nous a permis de collecter 430 000 € et d’avancer dans les travaux », apprécie Mohammed Ben Ali. L’édifice de 1 500 m 2 se répartit sur deux étages, dont 800 m 2 sont consacrés à la salle de prière des hommes, au rez-de-chaussée. La salle des femmes est accessible par ascenseur ainsi que par deux escaliers situés de part et d’autre de la mosquée. Le sous-sol abrite les sanitaires, où les fidèles font leurs ablutions, et un parking de 62 places.
Si la mosquée est enfin terminée, tout reste à faire au niveau du centre culturel. Le permis de construire a été déposé et l’association Ennour va commencer à faire une collecte. « On va aussi demander des subventions au conseil général et à la mairie de Gennevilliers, mais on n’est pas sûrs de les avoir », admet Mohammed Ben Ali.
Cette partie comprendra notamment des salles de classe et une bibliothèque accessible à tous sans critère de religion. « Même la partie cultuelle sera ouverte à tous ! » s’empresse de préciser Mohammed Ben Ali, qui oeuvre depuis des années pour le rapprochement entre les confessions. Les curieux sont donc les bienvenus pour venir visiter la mosquée.

Le Parisien